71M$ pour contrer la violence conjugale et les féminicides : des mesures prometteuses !

La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) tient à saluer les annonces des ministres Geneviève Guilbault et Simon Jolin-Barrette en matière de violence conjugale, pour une meilleure prise en charge des victimes et une surveillance accrue des contrevenants.

Les corps policiers doivent continuer d’être des alliés de première ligne sur le terrain pour assurer la sécurité des femmes et des enfants. À cet effet, il est nécessaire de ne pas sous-estimer leur formation continue, en concertation avec les intervenants du milieu incluant les maisons d’hébergement pour femmes.

« La mise sur pied d’équipes spécialisées en violence conjugale est prometteuse. Puisque la violence conjugale est une problématique transversale, nous saluons l’engagement du gouvernement de déployer des mesures concrètes afin d’assurer un filet de sécurité beaucoup plus étanche à travers le Québec. » déclare Manon Monastesse, dg de la FMHF.

« À titre d’exemple, l’instauration de personnes-pivots dans chaque poste de quartier à Montréal a démontré son efficacité sur le terrain, pour à la fois mieux soutenir les policiers dans leur travail et développer des liens plus étroits avec les maisons d’hébergement pour femmes », ajoute Manon Monastesse, dg de la FMHF.

La FMHF place également de grande attentes dans l’implication du DPCP dans l’évaluation du risque d’homicide des contrevenants, en phase avec les recommandations du Rapport du Comité d'examen des décès liés à la violence conjugale « Agir ensemble pour sauver des vies ». Rappelons qu’en 2019/2020, les membres de la FMHF ont soutenu entre autres près de 300 femmes ayant vécu une tentative de meurtre et plus de 20% ayant reçu des menaces de mort.

La FMHF souligne également que plus d’1/3 des femmes soutenues par les maisons membres refusent de porter plainte. « Les réticences persistent. Porter plainte et se lancer dans le processus judiciaire est un parcours semé d’embûches pour les femmes victimes de violence. Elles doivent être accompagnées par des services intégrés et continus, et ce, tout au long de leurs parcours » précise Manon Monastesse, dg de la FMHF

La FMHF espère donc que la poursuite verticale pourra faire la différence dans l’accompagnement des victimes au sein du système de justice, tout en souhaitant cependant que la mise sur pied d’un tribunal spécialisé soit toujours étudiée. Ces annonces sont un bon premier pas, mais elles doivent s’accompagner d’un ensemble de mesures que le rapport Rebâtir la confiance vient détailler parmi ses 190 recommandations. 

Les besoins sont énormes, les attentes sont grandes. Nous répétons que nous souhaitons être des alliées.

À PROPOS DE LA FMHF :

La FMHF représente 36 maisons d’hébergement au Québec qui hébergent chaque année près de 3000 femmes et leurs 1500 enfants, victimes de violences conjugale et familiale, de traite et de violences basées sur l’honneur, d’agressions et d’exploitation sexuelles, etc. Elles répondent à plus de 50 000 appels et assurent plus de 175 000 suivis individuels. Elles soutiennent, via leurs services externes, plus de 5000 femmes et enfants. La FMHF représente également près de 150 unités de deuxième étape dans une quinzaine de ressources, qui accueillent les femmes et leurs enfants pour des séjours plus longs.

- 30 -

FMHF

Partagez partager