Répondre aux besoins des femmes violentées : Des actions dans la bonne direction !

Montréal, le 23 avril . La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) salue les annonces de la Ministre Guilbault et de la Ministre Charest visant à soutenir le réseau des maisons d’hébergement pour répondre aux besoins des femmes victimes de violences.

Alors que la série noire de féminicides se poursuit au Québec, la FMHF ne cesse de répéter qu’il est urgent d’agir pour renforcer le filet de sécurité et contrer la violence faite aux femmes ; en mettant sur pied des actions à court, moyen et long terme.  

La FMHF accueille avec soulagement l’annonce d’un rehaussement supplémentaire pour soutenir davantage les équipes des maisons d’hébergement et bonifier leurs services. « On parle d’un rehaussement d’environ 90 millions de dollars sur cinq ans. C’est très encourageant, cela leur permettra d’optimiser leur capacité d’hébergement, de rejoindre plus de femmes et de dispenser plus de services dans de meilleures conditions » déclare Manon Monastesse, directrice de la FMHF.

« Cet argent est nécessaire pour améliorer l’accompagnement des femmes violentées et des enfants exposés, les services offerts à l’externe, la prévention, la sensibilisation et la concertation » indique Mme Danielle Mongeau, présidente de la FMHF.  

La FMHF insiste sur le rôle central que jouent les maisons au sein de leur communauté. Elles sont les actrices essentielles de mobilisation avec les partenaires pour assurer un filet de sécurité pour les femmes violentées. « S’il n’y a plus de maisons d’hébergement, il n’y a plus de lieu totalement sécuritaire ni de soutien 24/7 pour les femmes en danger » rappelle Manon Monastesse.

La FMHF accueille également avec espoir le mandat d’adjointe parlementaire de la députée Mme Isabelle Lecours, visant à évaluer les besoins des femmes violentées et de leurs enfants et proposer des pistes de solution en concertation avec les intervenants du milieu. « C’est une collaboration historique, qui nous l’espérons permettra de dégager des solutions ensemble, sur le long terme, pour protéger les femmes et les enfants » ajoute Mme Monastesse.

À cet effet, si le développement de nouvelles places apparaît nécessaire, il devra obligatoirement s’accompagner de fonds permettant le déploiement des services offerts par les maisons.  

Par ailleurs, de grandes attentes sont placées dans l’accès au Programme de supplément de loyer (PSL) qui permettra aux femmes, à la fin de leur séjour en maison, de trouver un logement dans le secteur privé tout en ayant les moyens de payer le loyer.

La FMHF espère donc travailler étroitement avec le gouvernement sur plusieurs années pour instaurer de réels changements dans la prévention, la formation, la sécurité et les suivis offerts pour toutes les femmes violentées.

C’est un premier pas dans la bonne direction, mais le travail est loin d’être terminé. Des actions restent à mener pour assurer et pérenniser les conditions optimales de dispensation de services des maisons, changer les mentalités et agir globalement pour pallier aux failles du système en matière de violence faite aux femmes. Agissons ensemble, en mémoire des victimes, et pour un futur sans féminicide.

À propos de la FMHF

La FMHF représente 36 maisons d’hébergement au Québec qui hébergent chaque année près de 3000 femmes et leurs 1500 enfants, victimes de violences conjugale et familiale, de traite et de violences basées sur l’honneur, d’agressions et d’exploitation sexuelles, etc. Elles répondent à plus de 50 000 appels et assurent plus de 175 000 suivis individuels. Elles soutiennent, via leurs services externes, plus de 5000 femmes et enfants. La FMHF représente également près de 150 unités de deuxième étape dans une quinzaine de ressources, qui accueillent les femmes et leurs enfants pour des séjours plus longs.

- 30 -

Adeline Jouve | ajouve@fede.qc.ca

Partagez partager